Que faire au Pays Basque

L’exposition Inside/Out: à ne pas manquer à Bayonne !

Actualités
Publié il y a 3 semaines

Dans le cadre du Festival Points de Vue #5, retrouvez jusqu’au 14 novembre l’exposition Inside/Out. Il s’agit d’une exposition collective présentée par la Ville de Bayonne et la Communauté Pays Basque. Elle propose de découvrir le travail plus confidentiel des artistes du festival. Tout en offrant un aperçu plus large des thèmes qui traversent leurs créations.

 

L’exposition Inside / Out

Inside/Out est une exposition collective composée d’œuvres produites en atelier par les artistes invités à l’occasion du festival Points de Vue. Parfois vus sous le seul angle du muralisme, ces artistes passent pourtant plus de temps à travailler en atelier que dans la rue !

Cette exposition propose de découvrir le travail plus confidentiel des artistes de Points de Vue, avant leur assaut des rues, tout en offrant un aperçu plus large des thèmes qui traversent leurs créations. Une exposition qui fait le lien entre le long travail préparatoire en intérieur et le rendu de l’œuvre en extérieur.

Exposition inside out à Bayonne

 

Les rendez-vous autour de l’exposition Inside/Out

 

MERCREDI 13/10 🞂 PARCOURS FAMILLE

11h-12h : découverte ludique de l’exposition.
Gratuit, nombre de places limité.

SAMEDI 16/10 🞂 VISITES COMMENTÉES

17h-18h : visite en français.
18h30-19h30 : visite en euskara assurée par Maika Lapouble, guide-conférencière. Gratuit, nombre de places limité.

LUNDI 18/10 🞂 LES ATELIERS DU LUNDI / Atelier d’écriture

9h30-12h30 : ouvert à tous et animé par Laurent Platero, Revues littéraire Encre[s]. Payant : 11,50 €. 10 places par atelier.

DIMANCHE 24/10 🞂 RENCONTRE AVEC LES ARTISTES

14h-15h30 : découverte de l’exposition et échanges avec les artistes.
Gratuit, sans réservation préalable.

MERCREDI 27/10 🞂 PARCOURS FAMILLE

11h-12h : découverte ludique de l’exposition.
Gratuit, nombre de places limité.

MERCREDI 10/11 🞂 PARCOURS FAMILLE

11h-12h : découverte ludique de l’exposition.
Gratuit, nombre de places limités

SAMEDI 13/11 🞂 VISITES COMMENTÉES

17h-18h : visite en français.
18h30-19h30 : visite en euskara assurée par Maika Lapouble, guide-conférencière. Gratuit, nombre de places limité.

Exposition inside out

 

Les artistes de l’exposition Inside/Out

Aurélie Andrés

Aurélie Andrés s’est formée au design et à la mode, où elle apprend les techniques de broderie, tissage, print et teintures. Elle débute sa carrière comme designer textile pour plusieurs griffes de prêt à-porter. A l’occasion de longs séjours à l’étranger, Aurélie rencontre de nombreux artisans, peaufine son savoir et sa fièvre créatrice s’emballe.

En véritable touche-à-tout, elle se lance dans la peinture murale forte d’une approche maitrisée de la couleur et d’un savoir-faire décomplexé. Depuis son carnet de commande ne désemplit pas, son style pop, coloré et graphique s’affirme au gré de ses nombreux projets autour du monde et dans lesquels le partage tient une place prépondérante.

Den_XL

Eva Mena, aka Den, est une artiste qui a participé à l’émergence du graffiti féminin au Pays Basque Sud. Forte d’un parcours diplômant dans les beaux-arts et de plus de 20 années de pratique, Den exprime à travers son travail, sa passion pour les musiciens et chanteurs qui l’ont influencée, notamment les femmes afro-américaines.

Leurs histoires ont à jamais façonné le cheminement de cette artiste militante, qui à sa manière rend hommage à celles qui luttent pour les droits civiques et pour l’égalité des sexes. Les œuvres murales de Den sont présentes un peu partout dans le monde (Maroc, le Brésil, la Palestine, le Royaume-Uni, Norvège…).

Fin Dac

Né à Cork, en Irlande, mais exerçant activement son métier dans le monde entier, Fin DAC est un artiste urbain autodidacte et non-conformiste. Il a défini et perfectionné un style de peinture singulier qu’il a surnommé « Urban Aesthetics » (Esthétique urbaine). À travers son travail, l’artiste explore des thèmes liés à l’émancipation et à l’autonomisation des femmes. Il réajuste ainsi le regard masculin et crée une rupture avec les attitudes colonialistes liées à l’orientalisme.

Mr Sor 2

Sortwo peint dès l’âge de 13 ans. Né et élevé au Pays Basque sud, il a débuté son apprentissage de l’art dans la rue, dans son quartier. Et cela s’est développé pour devenir un véritable style vie. Cette pratique lui a ouvert des portes et lui permet de voyager dans différents pays et de continuer de pratiquer sa passion.

Dans son travail, Mr Sor 2, essaie de combler le fossé entre le réel et l’irréel, le naturel et l’anormal. Et ainsi de fusionner le beau et le sublime. Les thèmes de l’exploration spatiale, l’astrologie ou l’anthropologie se retrouvent généralement dans ses œuvres.

Murmure

Paul Ressencourt et Simon Roche se sont rencontrés durant leurs études aux Beaux-Arts. Depuis 2010, ils interviennent ensemble sous le nom de Murmure street dans l’espace public. Les œuvres sont volontairement engagées, explorant de manière subtile et poétique des thèmes comme l’enfance, les sans-abris, la société de consommation, les nouvelles technologies ou encore l’environnement. 

Piet Rodriguez

Autodidacte ayant joué du crayon toute sa vie, Piet Rodriguez s’est découvert une passion pour la peinture en 2012. Après des études en hôtellerie restauration, il se tourne vers la publicité qui attire son attention par son aspect créatif. A l’occasion d’une visite d’exposition de peinture amateur, l’envie de prendre une toile à son tour le gagne : c’est le coup de foudre. Il se lance alors dans le portrait réaliste et d’autres compositions, entre surréalisme et symbolisme.

Travaillant essentiellement le noir et le blanc, il utilise la lumière pour faire ressortir l’âme des sujets qu’il peint. Fin 2015, le collectif belge Propaganza lui fait découvrir la peinture à la bombe ainsi que le monde du street art dans lequel il se distingue rapidement.

Rouge

En 2014, Rouge choisit un nom qu’elle veut proche de sa pratique : commun, appropriable, multiple. Ni vandale, ni graffitiste, c’est par impulsion contextuelle qu’elle en vient à la peau des villes : chercher un public, supprimer la latence entre l’instant de l’atelier et l’instant d’exposition. Citadine convaincue, elle cherche le vert trottoir, la fable, la mythologie latente dans l’identité́d’une rue, d’un quartier. Le but est toujours un peu le même : déplacer le regard par le biais de petites fables, souvent imprégnées de violences délicates et de littérature un brin obsolète, ouvrir un interstice dans un espace quadrillé, plaider l’option de la poésie, fabriquer des oasis d’un instant dans le désert.

Spear

Corentin Binard, aka Spear, a peint dans plus d’une vingtaine de pays. Ses expériences lui ont permis de prendre conscience de différentes réalités sociales et de lui ouvrir les yeux sur la condition humaine à travers le monde. Elles l’ont amené à questionner dans son travail, notre mode de vie et nos valeurs.

A travers une peinture mêlant la technicité des grands maîtres à celle, plus contemporaine, usant de formes spontanées et déconstruites, Spear cherche à traduire l’état émotionnel d’une condition humaine en perdition. Ses peintures portent en germes les interrogations de l’artiste sur le devenir de notre société et nous invitent à briser les préjugés sur autrui grâce à une narration puissante et de riches compositions.

Stom500

Cultivant un univers délirant et humoristique nourri de l’énergie euphorique des dessins animés, ce virtuose autodidacte d’un village voisin de la commune suisse de Bâle multiplie ses talents. Formé en graphisme, illustrateur professionnel et graffeur de renom, Stom500 est, comme il se définit lui-même de façon drôle, un véritable « couteau suisse ».

Spray, pinceaux, acrylique … Grandes fresques murales ou petites toiles : il utilise des médiums et des styles aussi divers avec une prédilection pour les thèmes animaux qui, sous le vernis de l’amusement, portent un message souvent humaniste ou écologique, à l’image de ses abeilles tourbillonnantes ou de ses bestiaires apparemment incompatibles, comme le corbeau et le renard inspirés des fables de La Fontaine.

Taquen

Diplômé des Beaux-Arts de l’Université Complutense de Madrid, Taquen s’intéresse dans son travail aux changements, aux mouvements et à la relation entre les êtres humains et l’environnement. Pour Taquen, l’art urbain est un outil de transformation positive et de cohésion sociale, comprenant l’espace comme quelque chose de partagé et qui doit être respecté.

Animé par la recherche d’un processus collaboratif, le travail de l’artiste est basé sur sa propre expérience et son rapport à la nature où il passe le plus clair de son temps. Taquen utilise des éléments naturels pour parler métaphoriquement des problèmes humains, de nos relations, de nos sentiments, de nos instincts…

 

Infos pratiques

Quand?
Du 1er octobre au 14 novembre 
Entrée libre, du mardi au dimanche de 14h à 19h30.

Où?
DIDAM, espace d’art contemporain / Ville de Bayonne – 6, quai de Lesseps

Contact
05 59 46 63 43
didam.bayonne.fr

 

Pass sanitaire et port du masque obligatoires.

 

Que faire au Pays Basque : de l’actu, des idées balades, des restos, des hébergements et des activités sportives et culturelles !

Notre page Facebook et notre compte Instagram regorgent de jeux-concours, de superbes photographies et vidéos ainsi que de nombreux autres articles. C’est une publication quotidienne qui vous donne de bonnes idées ou simplement le sourire 🙂