Que faire au Pays Basque

Jack The Cockerel, la brasserie électrique de Biarritz

Restaurants
Restos-bars
Publié il y a 6 mois

Derrière ce nom américain, se cachent quatre mousquetaires bien français ! Trois frères, Bertrand, Benoît et Baptiste, et un ami, Morgan, décidés à ouvrir une rôtisserie très cocorico à Miami. En 2020, la Pandémie du Covid rebat leurs cartes, faisant renaître leur projet de plus belle quelques mois plus tard… cette fois-ci à Biarritz. Un lieu atypique, où l’on descend via un long escalier… Pour en prendre ensuite plein les yeux avec une vue à couper le souffle sur l’océan face à la Grande-Plage.

 

Découvrez Jack The Cockerel, votre nouvelle brasserie préférée à Biarritz

enseigne jack the cokrel brasserie biarritz

« Jack c’est le prénom de notre grand-père », raconte Baptiste, bonnet noir vissé sur la tête en tenue décontractée mais fashion, à l’image de son restaurant, à la fois cool et branché. Un Jack à l’anglo-saxonne pour maintenir le lien avec l’intention initiale de voguer outre-Atlantique.

L’idée travaillée en étroite collaboration avec « Depur Expériences », une agence spécialisée dans la création de concept Food & beverage (commerces de bouche et restauration), était d’ouvrir une brasserie électrique, c’est-à-dire tonique et percutante…, mâtiné même d’un côté underground avec cette entrée qui donne l’impression d’arriver dans un sous-sol.

Bref, un endroit avec du style où l’on mange bien mais où l’on peut venir sans chichi, voire déguster des chicken tenders et des planches de charcuterie avec les doigts.

plat restaurant jack the cockerel

A l’opposé, vous pourrez tout aussi bien choisir de poursuivre avec un plat plus recherché comme un tartare de bar et de gambas à la gelée de mangue. Le chef Antoine Monge, aux fourneaux depuis l’ouverture le 14 juillet dernier, a bourlingué et rapporté des idées de ses multiples expériences… Que ce soit dans des foodtrucks ou de restaurants étoilés, à l’étranger et en France. « Il s’est véritablement mis au service de la carte, se félicite Baptiste, et il a pleinement adhéré à notre concept. »

Résultat, autour du plat signature de Jack, un poulet rôti servi entier pour de grandes tablées, on trouve aussi bien des classiques comme le burger, un croq’truffé ou des toasts à l’avocat que des expériences culinaires plus originales, telle que la Burrata forestière, et une déclinaison autour de la betterave.

 

Les codes de la brasserie avec des twists dans la cuisine

Le côté cantine qui attire des habitués et des locaux se mêle sans heurt avec le côté brasserie et lieu festif… Où l’on peut aussi danser en soirée, ce qui attire des jeunes et des touristes de passage. Une clientèle éclectique attirée par les ambiances diverses en fonction de l’heure – du déjeuner au dîner en passant par les plages horaires du goûter, et de l’after beach – et qui s’illustrent à travers des playlists soignées par un ancien directeur artistique de chez Wagram Music, Olivier Delachanal (Jack is chilling, Jack the Groove, Jack Soul, et Jack your body après 23h…), jusqu’au pipiroom, où vous écouterez uniquement de l’opéra. Expérience de haute voltige garantie !

350 mètres carrés avec la terrasse, 220 couverts

Le clou du spectacle ? La terrasse, d’où l’on a une vue imprenable sur la Grand-Plage et espérer apercevoir le fameux rayon vert. Parfait pour y déguster les fameux « Cockerels » (cocktails du Cockerel) parmi lesquels le Obiwan Negroni, le Godfather, La Robe rouge, le Rosemary, le rhumantik ou l’Ink Lady.

Cependant, Jack étant ouvert toute l’année y compris durant les mois d’hiver, les quatre associés et amis ont mis le paquet sur la décoration en faisant appel à l’atelier de Delphine Carrère – qui a aussi œuvré chez Basa, brasserie équitable à Bayonne, ou encore aux Halles des 5 cantons à Anglet. De grands canapés le long des murs, beaucoup de bois clair apportent notamment une touche chaleureuse. Mais aussi des néons roses, jaunes et bleus qui  pimentent les pièces baignées de lumière grâce aux baies vitrées.

Intérieur jack-the-cockerel

Jack the Cockerel est définitivement le concept qui manquait à Biarritz.

 

On y va :

Jack The Cockerel, 17 avenue Edouard VII, 64200 Biarritz. Ouvert tous les jours toute l’année, non-stop de 10h à 2h.

Carte à partir de 8 € (entrées) ; plats entre 12 et 22 € le midi et carte plus étoffée le soir. Cocktails entre 9 et 15 euros.

Possibilité de privatiser avec la carte très modulable, pouvant se décliner en apéritifs dinatoires.

 

Crédits photos : Atelier Delphine Carrere

Rédactrice : Nathalie Six

 

 

Que faire au Pays Basque : de l’actu, des idées balades, des restos, des hébergements et des activités sportives et culturelles !

Notre page Facebook et notre compte Instagram regorgent de jeux-concours, de superbes photographies et vidéos ainsi que de nombreux autres articles. C’est une publication quotidienne qui vous donne de bonnes idées ou simplement le sourire 🙂